Cher Max…

Le message que je n’aurais jamais voulu recevoir est arrivé. Que c’est dur de lire ces mots. Tu es parti. Quand je t’envoyais un message tu ne voulais pas me dire que cela n’allait pas bien, on échangeait des photos de plantes ou de paysages, toi depuis le Valais où tu es parti avec Éliane depuis ta retraite et moi depuis Genève. 

 Tu es arrivé au stade comme parent d’athlète et tu as tellement donné à ce club comme bénévole, coach, starter et surtout comme ami !

Au fil des années j’ai appris à te connaître, nous partagions tellement de nos histoires pendant les entraînements que nous donnions ensemble.

Tu avais un sacré caractère et de nombreux athlètes craignaient Max la menace

jusqu’à ce qu’ils partagent avec toi un camp d’entraînement. Là ils découvraient un autre Max, tellement gentil, serviable et aux petits soins pour chacun d’entre eux.

Certains athlètes se souviendront de ton intransigeance comme starter, d’autres de l’attention que tu portais à tes petits-enfants ou de ta traversée mémorable, sur les tibias, dans le car nous menant au camp de Pâques.

Tellement de souvenirs traversent ma mémoire en cet instant qu’il est difficile pour moi de tout expliquer à ceux qui n’ont pas eu la chance de te connaître. 

Je me rappelle du jour où tu m’as parlé avec inquiétude des examens que tu devais passer et de toutes les fois où on a parlé de cette fichue maladie face à laquelle tu as toujours voulu te montrer positif, tu as eu une force incroyable. Parti de Genève pour Martigny, même en traitement, tu as encore donné de ton temps pour l’athlétisme en encadrant les jeunes du CABV Martigny ou en continuant à starter. 

Plus j’écris plus les souvenirs affluent de tous les côtés et je ne suis pas la seule à avoir des souvenirs avec toi alors j’aimerais ouvrir cette page internet en ta mémoire pour que les membres de l’athlétisme viennent te rendre hommage en écrivant un souvenir ou un petit mot.

Je te dis Adieu Max et je suis de tout cœur avec vous, Eliane Diana et famille ! 

Jessica

50 réponses

  1. J’avoue que j’avais l’appréhension au début même si je n’étais pas son athlète. A chaque blague que je lui faisais je savais que j’allais me prendre un coup 😭🤣. J’ai appris à connaître une personne aussi intransigeant qu’attentionnée. Monsieur Max la menace, tu vas me manquer

  2. Merci pour les entraînements que tu m’as donné pendant plusieurs années ! Merci de m’avoir soutenu lors de mes compétitions mais aussi de m’avoir motivé tout au long de mon parcours ! Un gros dur mais avec un énorme cœur ! Max le redoutable 🌟

  3. C’est sûr qu’il ne fallait pas trainer le pied pendant les entraînements, sous peine de se faire réprimander avec cet accent Suisse-Allemand qu’on aimait bien imiter, mais au moins on progressait ! Me souviens aussi (mais ça fait longtemps) qu’il courrait avec nous de temps en temps. Des bons moments passés au Stade, également avec M. Dallenbach. Bon vent Max !

  4. Merci pour tout ce que tu as fait pour nous, les athlètes. Je me souviens de mes années U12, lors desquelles tu étais notre coach, tu nous effrayais un peu, mais les entraînements étaient incroyables, et nous repartions avec le sentiment d’avoir progressé.

  5. Adieu Max,
    J’aurai aimé être présente pour ton dernier voyage, malheureusement la vie ne nous permet pas toujours de faire ce qu’on aimerait.
    C’est donc en pensées que je serai avec Eliane, Diana et ta famille.
    Je ne t’ai jamais eu comme coach ayant commencé sur le tard. J’ai eu le plaisir et l’honneur de te connaître comme pair.
    Tant de si bons moments passés en ta compagnie, de rire et de souffrances que nous avons infligées à nos athlètes.
    C’est le temps des larmes maintenant mais il faut les sécher rapidement car ce ne serai pas te faire justice que de se morfondre.
    Tu as été un battant en nous épargnant ta souffrance, en nous disant toujours que ça allait en nous gratifiant de ton éternelle bonne humeur.
    Alors je te souhaite un bon voyage Max. Repose en paix.

  6. Je me souviens des premiers trois tours de terrain, on se cachait dans les buissons pour éviter dans faire 3. Ça n’a jamais marché, tu avais l’œil pour nous débusquer. Tu avais surtout les yeux pleins de passion, tu m’as fait aimer l’athlé et rien que pour ça je t’en serais éternellement reconnaissant . Merci MAX !!

    Benjamin Sunier

  7. Merci Max pour tous ces entraînements, qui étaient, sans aucun doute, les meilleurs pour moi. Tu as toujours su me soutenir et me motiver dans les bons comme dans les mauvais moments. Je te remercie pour tout ce que tu m’as apporté et d’avoir toujours cru en moi.
    Repose en paix Max, tu l’as bien mérité.❤️

  8. Cher Max,
    Je ne t’ai malheureusement jamais eu comme entraîneur, mais je t’ai eu maintes fois comme starter au Bout-du-Monde. A chaque meeting, le même scenario se reproduisait: toutes les autres filles s’alignaient silencieusement sur la ligne de départ (elles avaient peut être un peu peur de toi, comme elles ne te connaissaient pas) alors que tu m’appelais vers toi pour me demander si j’étais en forme, si j’allais te faire une belle course et si j’allais donner tout ce que j’avais. Les quelques paroles qu’on échangeait me mettaient toujours le sourire et me boostaient pour la course.
    Je te remercie Max!

  9. Merci Max d’avoir partagé ta passion pour l’athlétisme avec nous. En U12 j’appréhendais mes entraînements du jeudi soir mais c’est aussi là que j’ai appris à me pousser. Tu exigeais toujours qu’on donne le meilleur de nous. De peur de se faire punir on suivait les consignes même si 5 tours de forêt en échauffement ça paraissait insurmontable! Je rentrais toujours épuisée et c’est là que j’ai appris le plaisir qui vient lorsqu’on a encore une fois testé nos limites. J’en suis très reconnaissante et je n’oublierais jamais tous ces moments que t’as consacré à tes athlètes.

  10. Cher Max,
    Tu étais toujours au Stade, toujours là pour donner un coup de main avec ton caractère bien ancré. Tu savais encourager les athlètes, les motiver fermement mais toujours avec la bonne humeur.
    Puis, c’était à toi de te battre et tu l’as fait comme un athlète qui veut gagner.
    Merci Max, tu étais un sacré personnage.
    Maintenant tu es là haut et ceux qui son avec toi n’ont qu’à bien se tenir.
    Bon vent Max. De tout cœur avec ta famille ! 💐🌼🌹

  11. Merci cher Max pour tout le temps donné pour nos enfants, Baptiste et Camille. Dès la première réunion où nous avons été invités comme parents nous avons compris que l’engagement de nos enfants devaient être à la hauteur du temps et de l’énergie donnés pour eux. Après nous nous sommes croisés dans les meetings, bénévoles à notre tour pour rendre un peu de ce que nos enfants recevaient. La bonne humeur était toujours là ! Parmi les très bons souvenirs reste une rencontre fortuite au théâtre, et notre discussion culturelle entre couples autour d’un verre. Aujourd’hui nous nous sentons tristes, mais reconnaissants! Ce qui a été transmis durant toutes ces années d’athlétisme reste bien vivant dans notre famille! Du fond du coeur un immense merci, et nos pensées accompagnent toute la famille dans la peine.

  12. Cher Max,
    Avec toi, c’est vrai qu’il ne fallait pas traîner. Quand tu nous entraînait le programme était toujours chargé et difficile. Mais tu étais là pour nous encourager et nous aider à nous surpasser. Tu nous as appris à ne jamais abandonner et toujours s’accrocher.
    Alors merci pour cet enseignement et tout ce que tu as fait pour nous. Repose en paix.

  13. Oh mais quelle tristesse d’apprendre cela. Max, tu étais un subtil mélange de douceur et de rudesse, et qui a permis sûrement à beaucoup de personne de vivre de très belles années d’athlétisme. Merci pour tout 💛🖤

  14. Cher Max,
    J’ai envie de te rappeler mon premier souvenir avec toi. Je ne te connaissais pas encore comme l’entraîneur, ni comme le farceur que j’ai découvert et adoré par la suite. Je t’ai d’abord connu sous une autre casquette, l’impressionnant starter suisse-allemand, dont je connaissais par cœur l’articulation du “à vos marques, prêts”, mais dont j’ignorais encore le prénom. Puis un jour lors d’une compétition, alors que je me préparais pour mon sprint et toi pour donner le départ, tu es venu vers moi et tu m’as dit : “bonne chance”. Depuis, dès que j’arrivais à une
    compétition à Genève, je regardais qui était habillé tout en blanc pour donner les départs et quand je voyais que c’était toi, j’étais convaincue que ça me porterait chance.

    Puis peu à peu, j’ai découvert plein d’autres facettes de toi, à travers les quelques entrainements où Jess envoyait ses sprinters souffrir un bon coup en endurance avec ton groupe, ou encore lors des camps d’entrainements durant lesquels tu trouvais toujours un moyen pour nous faire rire.

    Merci pour les magnifiques moments qu’on a passés avec toi, Max.

  15. Les légendaires 10 tours de forêt resteront à mes yeux ta marque de fabrique! Merci pour tes année de coaching et de m’avoir fait apprécié le demi-fond!
    Merci Jessica, pour ce beau message qui le définit si bien!
    En pensée avec la famille,

    Joaquim

  16. Quelle tristesse !
    Que de bons souvenirs avec mon Ami Max lors de BOK.
    Oubli des clés de Jean-Louis dans la voiture, taper le bus contre le toit d’un chalet et j’en passe…
    RIP mon Ami.

    En pensées avec toute ta famille.

  17. Certains t’ont connu, peut-être bien mieux que moi, mais pour moi c’était une relation spéciale, celui qui m’a fait courir des heures en me mettant la pression car tu voulais tirer le meilleur de nous, tes athlètes.

    Merci pour tout Max, merci pour tes coups de gueule, ton regard assassin mais pour tes sourires incroyable et tes encouragements sans faille.

    Un gros pincement au cœur pour moi, l’un de tes jeune, des heures ensembles, des jours peut-être.

    Je t’ai aimé et détesté, je ne te l’ai jamais dit mais aujourd’hui je suis très triste. Merci Max, merci pour tout.

  18. Cher Max,

    Tous ces souvenirs sont inoubliables. Merci pour tes tours de terrain, tes séries sur la piste! Tu nous as transmis ta passion! Tu étais exigeant parce que tu connaissais notre potentiel! Je t’en suis éternellement reconnaissante!
    En pensées avec ta famille!

    Jess

  19. Cher Max,
    J’ai d’excellents souvenirs de toi en tant qu’entraîneur! Tu étais exigeant mais je me souviens surtout de ton sourire, ton humour et ta bonne humeur. Merci pour tout! Bon vent Max et plein de pensées à ta famille,
    Josefin

  20. Cher Max,

    Eh oui les fameux tours de forêts, où l’on essayait de se cacher ou de tricher mais je crois que jamais personne n’y est arrivé… Tu nous surprenais à chaque fois.
    Malgré un charisme effrayant au premier plan, tu étais une personne incroyablement douce et bienveillante.
    Toujours là pour nous encourager, nous motiver et nous faire dépasser nos limites.

    Tous ces moments passés avec toi lors des entraînements, des meetings ou des camps resteront gravés à jamais.
    Je t’entends encore hurler avec ton accent suisse-allemand « Florence, arrête de tchatcher…! Accélère!!!»
    Ce qui me fait d’autant plus sourire aujourd’hui.

    Merci à toi Max pour tout ce que tu as fait!
    Et merci à toi Jess pour ce bel hommage!

    Meilleures pensées à la famille!

  21. Cher Max,
    J’ai commencé l’athlétisme avec le groupe sprint de Bertrand et Jess, tu n’as jamais été mon entraîneur mais j’ai un souvenir bien précis au bord de la piste avec toi. Je me souviendrai toujours de ce moment-là et ce que tu m’avais dit! “Mais toi Aurélien tu dois faire du 400m!” C’est vrai que tu avais raison car c’est ce que j’ai fait au final, je ne regrette rien d’avoir commencé cette distance. Merci car c’est en partie grâce à toi.

    Repose en paix Max.

    Aurélien

  22. Cher Max,

    Tous les souvenirs des entraînements, des camps et des compétitions me reviennent en mémoire et toutes ces années d’athlétisme n’auraient pas été aussi belles sans ta gentillesse, bienveillance et détermination.
    On avait tous un peur au moment de découvrir le programme de tes entraînements mais on était toujours content de progresser et de nous dépasser.
    A toutes les compétions ou tu étais starter c’était un boost de motivation et de fierté car tu avais toujours les mots pour nous faire rire et nous encourager.
    Merci pour toutes ces belles années, douces pensées envers ta famille et tes proches

  23. Ton aide précieuse, ton charisme, ton haut sens de la discipline, mais surtout ton amitié indéfectible vont nous manquer parmi les Starters, cher Max. Il sera difficile de surmonter le vide que causera l’absence de tes paroles envoyées à la ronde avec un accent inégalable. Merci, Max, pour tout ce que tu nous as apporté et l’exemple d’engagement que tu nous laisses à jamais, en plaçant la barre très haut. Jean-Claude

  24. Je me rappelle encore quand dans les difficultés, tu as su écouter et trouver les mots pour me faire aller de l’avant. Et malgré Max tes air redoutables, tu savais t’y prendre. Tu m’as aidé à progresser, aimer ce sport, toujours présent et tellement à l’écoute. un père de famille, un mentor, un coach, un ami, et tellement plus encore. Tu as marqué bien des esprits Max. Ton engagement et ta présence manqueront.

    Toutes mes pensés à la famille.

  25. Je me rappel avoir commencé l’athlétisme dans ton groupe et je n’ai plus jamais arrêté de courir depuis.
    Je me rappel des cache-cache dans les buissons pour éviter un tour mais tu étais tjrs aux aguets pour nous remonter les bretelles.
    Je me rappel que tu avais tjrs le mot pour rire, la blague facile.
    Je me rappel des interminables match de unihockey et des coups de cannes dans les tibias.
    Je me rappel que tu étais tjrs stade du bout du monde, qu’importe le moment, tu étais présent.
    Je me rappel de tes encouragements, de tes cris, de tes paroles réconfortantes après chaque course.
    Alors merci pour ces formidables années au Stade Genève, quelle chance nous avons eu !!!
    En pensée

  26. Il faut se sortir les pouces du cul, restera sa phrase emblématique. Ce n’était pas que pour mieux courir qu’il nous disait ça, par là il nous transmettait une leçon de vie.
    Un grand respect à cet homme qui a tant donné de sa personne.

  27. Cher Max,
    Tu resteras un entraîneur hors pair qui nous empêchait de tricher lors des tours d’échauffement, qui nous faisait bien comprendre lorsqu’on effectuait une performance médiocre en criant : “ c’est du pipi d’chat!” dans le stade, qui nous écoutait quand on avait un soucis sport et même personnel.
    Max tu es une personne qui a marqué énormément de gens autour de toi, y compris moi.
    Merci pour ces belles années.

  28. Max,
    Tu es, il faut apprendre à dire tu étais, mais en tous cas tu resteras à jamais pour moi un modèle, un modèle de générosité, de bienveillance, d’intelligence, de respect, de clairvoyance et j’en passe.
    Je te revois dans le jardin d’Alexis et Diana lorsque me voyant arriver tu t’acclamais : ah v’la Mathieu ! (avec ton accent bien sûr) en me préparant déjà un verre de fondant. Et je vous retrouvais, Eliane et toi, toujours avec une immense joie. Vous étiez une des images du couple que j’affectionne particulièrement. J’ai mis du temps à te tutoyer mais tu m’y as obligé et tu as bien fait. Je suis content de te tutoyer aujourd’hui et de te dire un peu tard malheureusement tout ce que tu m’as apporté sans le savoir sans doute.
    Je t’embrasse et te souhaite un merveilleux voyage de sérenite et de paix, et surtout au calme et sans douleur là où tu te rends maintenant. Je suis sûr que les courgettes y seront aussi belles qu’au chalet.

  29. Cher Max,
    C’est sous ton aile que j’ai fait mes premiers pas au Stade et découvert les légendaires tours de forêt. Ca a été une leçon de vie. Tant de souvenirs me reviennent aujourd’hui mais je partagerai une phrase que je n’ai jamais oubliée, celle que tu as pu nous répéter tant à l’entrainement qu’en compétition : “C’est tout dans la Kopf “. Courte mais efficace, elle témoignera de la volonté de se dépasser que tu as su nous transmettre.
    En pensée avec la famille,

    Oussama

  30. Merci Jessica pour ce bel Hommage à cet homme dont je me souviens de sa voix pour ces conseils et ces fous rires.
    Merci a toi fait bon voyage

  31. Cher Max,

    Les premières fois que je t’ai vu au stade, je me suis dit “ouch, ce gars là va découper mon fils en rondelles”. Et en fait, j’ai découvert quelqu’un de tellement gentil, et drôle. J’ai adoré faire du bénévolat à tes côtés; j’ai appris plein de trucs et Stan non seulement n’avait pas peur de toi mais te voyait comme une figure rassurante et bienveillante.

    Tu as passé la ligne d’arrivée et maintenant tu dois être bien, là, tranquille. Je t’embrasse fort.
    Martina Chyba

  32. j ai débuté l athlétisme dans le groupe de Max.
    Quels souvenirs des 3 tours ou on négociait tjs moins et il finissait par courir avec nous.
    son accent suisse allemand très prononcé, son humour et évidemment son amour pour le sport et la passion qu il m a transmise pendant de belles années
    Bon vent Max

  33. Cher Max,
    Tu as tout d’abord été l’entraineur passionné, strict mais ô combien attachant de mes enfants Florian et Delphine, puis nous nous sommes cotoyés sur le stade, toi comme starter et moi comme juge-arbitre, toujours de bons conseils et drôle avec ton franc parler. Tu t’es souvent confié à moi sur cette fichue maladie qui te tenaillait et tu as toujours fait face avec dignité et courage. Nous ne t’oublierons pas , toi et ta famille, comme tu n’as jamais oublié personne. Adieu Max.

  34. Cher ami Max,
    Notre créateur t’a donné le coup de départ il y a plus de 7 décennies. Sur ton parcours tu as su illuminer des centaines d’âmes de jeunes et moins jeunes. Tu as reçu maintenant un coup d’envoi vers un nouveau sommet et ce sont nos innombrables âmes qui t’accompagnent sur ton chemin.
    Nos profondes condoléances à ta famille. Martha et Markus

  35. Bon voyage Max vers le Paradis Blanc.
    Je te souhaite ce voyage le plus paisible possible. Dernier voyage du coach, du starter vers un autre stade. De ce Paradis, tu auras tout le loisir d’admirer ton œuvre, la passion que tu as transmise à nos jeunes. Cette empreinte n’est pas prête de s’oublier. Comme pour moi, je n’oublierai pas ce moment où nous étions assis sur un banc lors du stage d’Antibes, un café à la main, je savourais ton accent à pleine oreille en découvrant ta passion pour le club et les jeunes. Un moment de délectation. Merci d’avoir pu savourer ces moments de privilège.
    Repose en paix tu l’as bien mérité.

  36. Max,

    Merci pour tout ce que tu m’as apporté, tu as été dur mais c’était pour notre bien. Je comprenais pas à l’époque. Ta bienveillance, ton sens de l’humour, tes phrases mytiques et j’en passe, vont nous manquer. Tu resteras à jamais dans nos mémoires.

    Toutes mes condoléances à ta famille.

    Repose en paix.

  37. Cher Max,

    Quelle tristesse de lire cette annonce. N’ayant jamais été ton athlète, il m’a été rare de passer une compétition ou un entraînement sans te voir sur le stade. Merci pour tes encouragements, ton franc-parler et ton humour. Merci d’avoir fait partie de ma vie même de manière transitoire. Tu resteras à jamais une de belles âmes du Stade Genève dont j’ai eu l’honneur de faire la connaissance.
    Repose en paix 🕊

  38. Cher Max,
    Merci.
    Merci d’avoir toujours été présent pour nous. Merci de nous avoir supporté (nous n’étions pas une bande facile à entraîner) mais tu as toujours finement réussi à trouver le parfait équilibre entre rigueur et sérieux.
    Merci pour ces innombrables heures dédiées à tes protégés, nous, chanceux.
    Merci pour tout.
    Tu vas énormément nous manquer.
    Mes plus sincères condoléances à la famille.
    Repose en paix, un repos ô combien mérité

  39. Cher Max,

    C’est avec regret et tristesse que j’apprends ton décès. Tu fus mon premier entraîneur au Stade Genève, celui qui m’a donné envie de faire de l’athlétisme et qui m’a fait aimer ce sport. Je me souviendrais toujours de cette séance de 30 fois 200 mètres entrecoupés de pompes et d’abdos, l’un de mes entraînements les plus durs, mais selon toi c’était « du pipi de chat ».
    Ce fut un plaisir de partager tous ces moments avec toi sur la piste.
    Repose en paix et mes sincères condoléances à ta famille.

    Naldini David

  40. Je me rappelle de la première fois où j’avais commencé à m’entraîner avec ton groupe ; encore enfant à l’époque, j’avais d’abord été intimidé par tes airs durs de militaire bourru. J’avais rapidement compris qu’il ne s’agissait là que d’un écran de fumée, permettant de mieux dissimuler l’homme si gentil, si doux, et si attachant que tu étais en réalité.

    Lorsque je repense à toi il me survient tant de bon souvenirs qui ont contribué à me faire découvrir l’athlétisme et à adorer le demi-fond : les légendaires tours de forêts l’hiver, les camps d’entraînements au sud de la France, les séries de 300m où l’on avait commencé si vite que tu nous faisais grâce des dernières répétitions tant nous étions épuisés.
    Et parmi tous ces moments, c’est ta présence et ton soutient qui leur conférait une ambiance si particulière et si propice à la bonne humeur, le dépassement de soi dans l’effort, et la jouissance de l’instant présent.

    Merci Max pour tous ces moments, et tout ce que tu nous a transmis, tant sur le plan athlétique que sur le plan humain. Merci Max, je ne t’oublierai jamais.

    Diego

  41. Cher Max,

    Je me rappellerai toujours de mes premiers entraînements avec toi, des séries de 200, des diagonales et surtout des tours de forêt lorsqu’on discutait au lieu de courir.
    C’était difficile mais ça m’a motivé à donner du meilleur de moi.
    Merci pour tout et aussi pour les phrases mythiques comme « plus dynamique Moussab » que j’utilise au quotidien. 😂

    Repose en paix,
    Toutes mes condoléances à ta famille,

    Gabriel

  42. C’est une bien triste nouvelle que nous ont relayée Jerry, Charles et Jessica il y a quelques jours.
    Il a suffit de lire depuis les nombreux témoignages présents sur le site pour se rendre compte de tout ce que tu auras représenté pour tant de stadistes.
    Max, si on eu la chance de croiser tes pas alors on a pu découvrir ta personnalité hors norme comme on en croise peu dans sa vie. Le don d’attirer immédiatement la sympathie (et bien vite l’amitié) de tous ceux qui s’approchaient de toi et ne s’arrêtaient pas à ton petit côté bourru.
    Pour ma part je garderai le souvenir d’un ami à la personnalité attachante, mais surtout d’un cœur grand comme ça !
    Tu t’intéressais aux autres plus qu’à toi-même. Infatigable … avant tout comme entraîneur avec les jeunes du Stade, mais comme si cela ne te suffisait pas, chaque année pendant de longues semaines au local pour préparer la Course de l’Escalade, et même comme chauffeur lors de nos sorties BOK ! Et là, des fous rires et quelques souvenirs cocasses…. (oui José !).
    Mes pensées vont vers toi Eliane et vers toute ta famille.
    Adieu Maxli, Max le muet, Max la menace…
    Repose en paix cher Max.

    Yves

  43. Mon Cher Max…Qu’elle ne fut pas ma surprise d’apprendre que tu étais parti…Triste que je suis…Comme tu l’auras certainement constaté, il y a longtemps que je ne suis plus revenu sur les stades et longtemps que je ne t’ai plus revu…Ainsi va la vie…Ne plus se voir, ne veut pas dire oublier…Je garderais de toi de magnifiques souvenirs, d’une belle personne que tu étais. Principalement ton accent suisse-allemand qui allait parfaitement avec ton caractère, tes entraînements difficiles je crois et ton amour pour l’athlétisme. Bref, tu étais Max, notre Max du Stade Genève. Je crois que tu nous aimais bien avec Kevin et bien d’autres sportifs également. Tu as toujours été un des plus fervents supporter du club. Merci pour ton travail accompli auprès des jeunes et des moins jeunes. Je suis certain que tu continueras de veiller sur les entraînements et compétitions d’athlétisme depuis là où tu es. Je souhaiterais te serrer très fort dans mes bras pour te dire tout le bien que je pense de toi et te dire une dernière fois aurevoir. A toute mon amitié Max…On ne t’oubliera jamais.

  44. Cher Max,

    Ta disparition m’est aussi soudaine que les départs que tu donnais quand tu étais starter. C’est un choc. Dieu merci tu me laisses avec plein de bons souvenirs. Le premier souvenir que je garde de toi est un voyage en train direction Uster pour la Kids Cup. Tu y dévorrais un paquet de jambon cru ! Tu parlais fort. Ça m’intimidait un peu. Puis, quand tu es devenu mon entraîneur, j’ai vite compris que tes airs un peu bourrus cachaient une vraie bienveillance, une vraie bonté. C’est toi qui m’a donné goût à la course à pied. Évidemment, ce n’était pas toujours facile entre pyramides et séries de 300m sous un froid glacial… mais j’en tirais à chaque fois une certaine satisfaction ! Tes remarques, toujours teintées d’humour, sont gravées à jamais dans ma mémoire. Surtout le fameux “Alors …tu as pique-niqué ou quoi ?!…”, ta façon de dire qu’on aurait pu mieux faire.
    Bref, tu m’as marqué et je suis fier d’avoir pu croiser ta route. Maintenant nos chemins se séparent. Je te souhaite bon vent Max. Tu vas me manquer.

    Téo

  45. les grandes personnalités ne meurent jamais… amoureux de tout ce qu’il faisait ou entreprenait en plus de l’athlétisme, il a su transmettre sa passion du sport aux gens qui l’entouraient, son amour indéniable de la famille, ses qualités culinaires à son entourage, son amour de la nature et bien plus encore. Un ange de plus nous surveille maintenant depuis la-haut.
    repose toi bien Max tu le mérites tellement
    Kevin

  46. Cher max,
    Une personnalité et une voix uniques ainsi qu’une présence forte lors des entraînements. Je me rappellerai toujours quand je venais aux entraînements les jeudis soir et qu’au final je finissais par faire des tours de forêts. C’était ta manière de nous booster dans nos retranchements d’une façon plutôt unique en son genre. J’ai appris à apprécier ces moments à la fois durs mais drôles, ce qui m’a fait t’apprécier davantage, tu as marqué mes années au stade Genève.
    Repose en paix Max.
    Lara

  47. Cher Max,
    Le touriste va bien.
    Je me souviens de toi, tu as marqué ma jeunesse. La magnifique phrase “Vous êtes des touristes” quand tu nous voyait rigoler pendant qu’on allait faire des tours dans la forêts du bout-du-monde.
    Sans oublier ma première (et heureusement seule) exclusion du meeting C du Satus après mes 2 faux-départs du 80m – je suis toujours sur que le premier je n’avais pas fait faux départ… hahahahahah… d’ailleurs on a beaucoup parlé plusieurs années après autour d’une bière.
    Tu étais une personne, une personnalité, une voix incroyable.
    Tu as beaucoup fait pour l’athlétisme genevois. Merci beaucoup pour tout Max. Tu manques déjà à l’athlé genevois…

  48. Salut Max,

    Je t’ai peu connu, mais beaucoup apprécié!
    On pouvait se chambrer , mais aussi échanger plus gravement , sur la maladie notamment…
    Adieu l’ami…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *