Les News du Stade Genève

Sullivan Brunet : Champion Suisse du 10'000m (19 mai 2017)

Écrit par Pierre-André d'ARBIGNY.

Notre athlète Sullivan Brunet est devenu vendredi soir 19 mai 2017 à Uster (ZH) Champion Suisse du 10'000m avec un superbe chrono en dessous des 30min soit 29'44.

Il a d'autant plus de mérite qu'il doit conjuguer la course à pied de haut niveau et la profession difficile de sapeur pompier à Genève.

 

Félicitations pour ton titre de Champion Suisse du 10'000m avec un superbe chrono de 29’44, satisfait ?

Oui très, ça fait quelques années que j’espérai courir sous les 30’ sur un 10km (barre mythique) même si avant ce n’était pas ma spécialité (plutôt demi-fond), j’ai toujours aimé cette distance.

Et pour le titre c’est vraiment génial ça récompense tout mes efforts et investissements fournis durant ces trois dernières années.

Raconte un peu cette course ! 

Psychologiquement c’était compliqué avant la course car après avoir galéré dans les bouchons entre Berne et Zürich avec un temps exécrable et 7°C à l’extérieur la motivation n'était pas vraiment au rendez-vous et en arrivant sur place avec Yannick Jeanmaire c’était plus d’une bonne bière qu’on avait envie et non de courir. Mais on s’est vite remis dans l’ambiance une fois sur le stade après une amélioration des conditions météo. Physiquement j’étais en forme et par rapport aux entraînements je savais que je pouvais faire quelque chose sous les 30’ et me battre pour la victoire, donc je suis parti très confiant.

En discutant avec mon principal adversaire Adrian Lehmann avant la course, on avait décidé de se relayer tout les 800m sur un rythme de 71’’ (400) pour faire un chrono et vers la mi-course on aviserait. Arrivé à 5000m j’étais très à l’aise, je sentais que c'était moins le cas pour Adrian, il commençait à perdre le rythme sur ses relais. Donc à 7500m environ j’ai décidé de partir et j’ai tout de suite senti qu’il ne reviendrait pas. Je n’avais donc plus qu’à me concentrer sur le chrono. 

On t’a vu récemment dans le semi-marathon de Milan, le 10km de Lausanne, le 3000m à Frauenfeld et aujourd’hui le 10'000m piste, c’est quoi ta discipline de prédilection ?

Je dirai le 10km sur route, sur la piste c’était mon premier mais je trouve cette distance plus attractive sur la route. J’aime beaucoup la durée de l’épreuve et le rythme que l’on peut y amener. Pour le semi-marathon c’est un peu plus lent, j’en ai fait que deux jusqu’à présent mais j’y ai pris beaucoup de plaisir également. Sur la piste j’ai un petit faible pour le 3000m même si ce n’est pas une distance officielle (pas trop long pas trop court et rapide).

Avec le métier exigeant de sapeur pompier comment trouves-tu le temps de t’entraîner dans des conditions optimales ?

Je n’ai pas d’aménagement spécial, c’est donc là qu’est mon plus grand défi : m’entraîner dans des conditions optimales. Le métier de sapeur pompier et imprévu et difficile pour la récupération surtout à cause des nuits perturbées par les interventions. Je dois beaucoup m’écouter et apprendre à réduire la charge d’entraînement si besoin pour ne pas courir à la blessure, car mon état de fraicheur n’est pas toujours optimal pour les entraînements. La récupération est primordiale, mais c’est mon plus gros point faible.

Pour les entraînements sur mes jours de congé pas de soucis. En caserne c’est différent, j’ai le temps pour effectuer mes entraînements ce qui est génial, sur tapis dans les caserne des Asters et de Frontenex où nous travaillons de 7h à 21h (elles sont fermées la nuit) sans la possibilité de sortir et prendre une pause durant la journée. Par contre quand nous sommes en caserne principale, celle de Plainpalais où nous travaillons 24h/24h (7j7j) nous avons deux périodes de 1h30 dans la journée pour sortir manger à l’extérieur, j’en profite donc pour aller m’entraîner. Le problème pour la caserne principale c’est qu’en cas d’intervention importante les pauses peuvent être annulées et donc mes entraînements annulés ; pour les casernes des Aster et de Frontenex je suis soumis à l’intervention toutes la journée, donc ça arrive fréquemment que je doive interrompre mon entraînement pour décaler (partir en inter).

Je m’entraîne effectivement beaucoup seul, mais j’essaye de venir quelques fois au Stade, ça fait du bien d’être en groupe. Je m’entraîne également beaucoup à Lausanne avec trois autres athlètes (car ma copine vit dans cette région). Le conseil de Marco : « écoute ton corps et n’en fait pas trop quand il demande du repos ».

Tes prochains objectifs ?

Si tout va pour le mieux je serai aligné sur le 1500m d’Athletica le 10 juin, ensuite à Quarquefou (Fra) sur 5000m et pour finir aux championnats Suisse à Zürich sur 5000m également.

Ensuite je reprendrai une préparation certainement dans le but de m’aligner à nouveau sur semi-marathon et sur le 10km route cet automne.