Les News du Stade Genève

Dans l'Oeil du coach : elle est déjà derrière nous ... ?

Écrit par Pierre-André d'ARBIGNY.

Par Frédy Auberson :

Une saison hivernale indoor n’est pas un long fleuve tranquille dans lequel tous les évènements se déroulent comme prévu et sont reproductibles à l’infini. A l’heure du bilan de cette première partie de la saison  2020, tout ce que je vais vous raconter n'est pas imaginaire, ces événements se sont bien produits. La fiction n’est pas un registre ou j’excelle, donc je vais vous d’écrire mes propres constats et analyses en vous relatant cette période.

Lorsque l’on parle de bilan d’une saison, on pense souvent au premier abord résultats sportifs. C’est vrai que cela constitue une partie du bilan que je vais devoir dresser, mais pas obligatoirement l’essentiel. Le bilan sportif englobe les  résultats en compétition mais également les  progressions sur le plan physique. 

Les moments de satisfaction, des doutes ou d’échecs ont leurs explications et à l’heure du bilan de fin de saison il va falloir dresser la liste des points positifs et négatifs afin d’en tirer bénéfice pour la saison à venir. En tant que coach, cette première partie me permets de contrôler la justesse d’une planification, de tirer des enseignements. C’est une remise en question pour moi que je ne souhaite pas occulter. Ma mission est de faire progresser certaines et certains athlètes. Donc de savoir si cette planification a été bien conçue, mais englobe aussi les aléas des compétitions, des éventuelles blessures.

RETOUR EN ARRIERE 

L’hiver 2019 a été une saison que je vais cataloguer dans celle des exploits exceptionnels. Non… ! Je n’amplifie pas le mot exceptionnel, il reflète simplement une moisson des résultats au-dessus de toute attente. Pour preuve, 6 médailles aux championnats suisses de U16 à U20. Une médaille en élite. Total de 7 médailles… !

Deux médailles d’or

Deux médailles d’argent

Trois médailles de bronze

Ces résultats récompensent les efforts, le sérieux des athlètes, des bonnes infrastructures et des compétences  mise en place par le Stade Genève.

Regarder dans le rétroviseur et faire le bilan de la saison hivernale passée n'est pas ce qu'il y a de plus aisé. Comment statuer sur les forces et les faiblesses (réelles et supposées) ? Comment poser un "diagnostic" sur le travail  effectué ? En répondant aux bonnes questions tout simplement !

Alors 2020 va-t-elle confirmer ces résultats précédents.. ? J’ai évoqué ci-dessus  que cela englobe les aléas des compétitions, des blessures qui vont parfois influencer les statistiques des performances. Et bien, 2020 n’aura pas dérogé à cette règle et permettre  que ce soit un fleuve tranquille, sans remous, sans cascade, sans chute. Il y a également les aléas de la vie qui font que les études sont prioritaires, laissant moins de temps pour le sport. Il y a les voyages d’études, les déplacements à l’étranger pour des séjours linguistiques qui fait que tous ces éléments s’empilent et influencent une analyse si restrictive de deux mois de compétitions.

Oui.. oui je confirme ils nous ont beaucoup manqués dans ce bilan. Mélina pour blessure à un pied, Lara idem aux ischios jambiers, Nadja en retard de préparation en cause un ischio jambier, Keanu voyage linguistique, idem pour Renaud en Australie. Voilà des forces vives potentiellement médaillables.

Alors à l’heure des comptes, 2020 ne pourra pas égaler 2019. Néanmoins la cueillette a été bonne avec un panachage des métaux tant convoités.

Une médaille d’or

Une médaille d’argent

Deux médailles de bronze

Il ne faut pas considérer une saison comme négative au regard d’un seul aspect. Même si nous  ne réalisons  pas tous les résultats escomptés pendant cette première partie de la  saison. Au-delà de ces médailles ce qui est également judicieux de considérer c’est la poussée des jeunes. Ceux qui ouvrent la porte des U16 pour découvrir des compétitions plus importantes, des concurrents venus de toute la Suisse. La concurrence est rude, il faut oublier ses doutes et essayer de se positionner en conquérant. C’est le dur apprentissage des catégories supérieures. Nous avons de la chance, car nous avons des jeunes qui ne craignent pas cette confrontation et démontrent déjà des perspectives fortes intéressantes et qui ambitionnent  de se faire un prénom. Je pense particulièrement à Matteo sur le demi-fond avec une brillante 4ème place aux Championnats suisses, Fabien crédité d’un très bon temps sur 60 mètres en « explosant» son record, Zofia qui courtise des barres de plus en plus haute à la hauteur, Romain de plus en plus rapide sur 60m et 200 mètres, de même pour Melvil et Nicolas sur les haies. Ces jeunes sont le vivier du futur avec d’autres qui vont suivre pour aller glaner peut-être des médailles dans le futur. 

Coup de chapeau à des athlètes qui n’hésitent pas à encadrer des jeunes chaque semaine afin de leurs procurer du plaisir dans les différentes disciplines de l’athlétisme, c’est ce que j’appelle «  un retour sur investissement » Vous contribuez à l’avenir du club. Bravo pour votre dévouement.

Maintenant il faut penser à  l’intersaison qui doit permettre de se ressourcer pour sa santé (afin d’éviter le surentraînement, la fatigue et les blessures) mais aussi pour retrouver de l’envie, de la motivation et du plaisir lors de la pratique. Mais l’intersaison ne doit pas être une coupure totale au risque de repartir de zéro ! Cela ne sera pas le cas car déjà le stage de Pâques se profile à l’horizon. Dès le 10 avril ce sera le départ pour Carqueiranne et le stade de Toulon. Très belle région  avec son micro climat. Un stage qui permet de mieux se connaître avec des disciplines différentes, des athlètes que vous côtoyés que trop peu hors de ce stage. Une semaine pour vivre votre passion, voilà ce qui se profile pour vous et pour nous les encadrants.

Personnellement j’ai hâte d’y être.

 

 

Connexion